Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher

Archives

1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 16:19
Le Président de la CCI Auvergne Bernard Schoumacher et Claude Barbin Président de la commission Commerce et entreprises de services à la Personne CCi Auvergne

Le Président de la CCI Auvergne Bernard Schoumacher et Claude Barbin Président de la commission Commerce et entreprises de services à la Personne CCi Auvergne

de G à D : Philippe Jusserand, directeur régional de la Caisse des dépôts, Pierre Ricard, secrétaire général aux affaires régionales (préfecture de région), Bernard Schoumacher, président de la CCIR, Claude Barbin, Président de la commission commerce Entreprise de Servie à la Personne à la CCI Auvergne
de G à D : Philippe Jusserand, directeur régional de la Caisse des dépôts, Pierre Ricard, secrétaire général aux affaires régionales (préfecture de région), Bernard Schoumacher, président de la CCIR, Claude Barbin, Président de la commission commerce Entreprise de Servie à la Personne à la CCI Auvergne

La Silver economy fait référence aux cheveux blancs des seniors, et à leur consommation.

Un marché non négligeable. Claude Barbin, responsable de la commission commerce à la CCIR,

Loisirs, transports, alimentation, santé, sécurité, habitat, domotique, services à la personne, Internet… « La Silver economy est une nouvelle filière stratégique pour l’Auvergne, au même titre que l’aéronautique, le luxe-maroquinerie, et l’agroalimentaire », souligne Bernard Schoumacher, président de la Chambre de com-merce et d’industrie régionale. « Nous avons pris de l’avance en Auvergne sur le marché des seniors, et avons un leadership à prendre. Et en 2016, on ne lâchera pas auprès de nos amis de Rhône- lpes… ».

Les seniors englobent trois générations distinctes : Les 50– 65 ans, pour la plupart encore actifs et habitués à consommer des services et du confort. Les 65- 80 ans, que l’on appelle aussi les « Baby- boomers » car nés dans l’après-guerre. Ils ont mis en place la société de consommation, et veulent des loisirs, des activités sportives, culturelles, des voyages…Les 80 ans et plus, eux ont besoin de produits, d’équipements, adaptés pour la maison. Ils se préoccupent de leur santé, et de leur isolement, et vont dans les EPAHD ou en résidences seniors.

Actuellement la CCIR procède à une cartographie de toutes les entreprises auvergnates impliquées dans la Silver economy, afin de les fédérer, d’organiser une sorte de cluster pour ces fabricants, ces prestataires, ces commerçants à l’échelle de l’Auvergne.

Parallèlement, l’Etat et la Caisse des Dépôts soutiennent cette démarche qui passe aussi par la formation des chefs d’entreprises et le recrutement de personnels compétents…

La démarche de la CCIR d’Auvergne vise à répondre à deux objectifs :

identifier les attentes et les besoins des seniors sur chaque territoire, sur les thématiques du transport, de l’alimentation et de l’équipement, et du vieillissement chez soi.

Il s’agit aussi de proposer aux entreprises une boîte à outils et des réponses pour l’adaptation, le positionnement de leur offre et de leur activité. Avec un marché de 560.000 seniors de 50 ans et plus en Auvergne actuellement, et la perspective d’un accroissement de cette population de 22% à l’horizon 2040, la Silver economy peut devenir une sorte d’eldorado pour les entreprises, à condition toutefois d’intégrer un autre paramètre, incontournable : le pouvoir d’achat des seniors.

La Silver economy un élément fort pour soutenir l'economie Auvergnate :          Par Claude Barbin President de la Commission Commerce Entreprise de Service a la personne de La CCI Auvergne

 Le Marché de la Silver Economie:Claude Barbin

 

 

Le marché du 3ème âge réalise 420 milliards d’euros de chiffre d’affaires dans l’Union Européenne, 92 milliards d’euros en France et 1,5 milliard d’euros en Auvergne.

 

D’ici 2020, il atteindra 130 milliards d’euros en France, et 2 milliards d’euros en Auvergne…

 

Un forum a réuni 200 participants récemment à Clermont-Ferrand, co-organisé par la CCIR- Chambre de commerce et d’industrie régionale d’Auvergne, la maison Innovergne, et la Direccte, service de l’Etat en charge des entreprises.

 

« Les perspectives de croissance sont élevées (+ 80% dans les 20 ans à venir) sur ce marché encore peu exploité. Aussi, les entreprises sont amenées à innover, à se développer en direction de seniors », explique Frédéric Serrière, expert du marché des seniors.

 

«Les filières à forte croissance sont le maintien à domicile avec la technologie de ce maintien, l’aménagement de l’habitat, le confort et les loisirs, le tourisme, et aussi les pompes funèbres ».

Horaires et rémunérations à revoir « Les services à la personne ont des problèmes de recrutement, de formation, et de-vront revoir leurs horaires et les rémunérations », a précisé Marc Ferrand (Direccte).

Il pronostique : « A terme, cette activité représentera des budgets conséquents pour les collectivités locales ». « Peu d’entreprises proposent des technologies innovantes pour les seniors en Au-vergne. Voilà qui devrait ouvrir des perspectives de diversification aux entreprises du textile, de l’automobile, et de l’électro-ménager, trois secteurs particulièrement touchés par la crise », a souligné Bernard Schoumacher, président de la CCIR.

 

Justement, la CCIR et la maison Innovergne proposent (dans un premier temps) à 15 entreprises innovantes d’Auvergne une offre packagée, incluant un pré-diagnostic par un conseiller CCI, et une demi-journée expert en entreprise, effectuée par un consultant. Il s’agit de faire bouger ce marché. Un tiers des Français a plus de 50 ans. Ils sont 18 millions entre 50 et 70 ans issus du Baby boom de l’après guerre. 9 millions sont âgés de 70 à 80 ans, et trois millions ont plus de 80 ans.

Claude Barbin, élu CCIR en charge de services à la personne, Marc Ferrand, directeur régional de la Direccte, Bernard Schoumacher, président de la CCIR, et Frédéric Poignant, Frédéric Serrière, expert du marché des seniors, directeur de la maison innovergne

Claude Barbin, élu CCIR en charge de services à la personne, Marc Ferrand, directeur régional de la Direccte, Bernard Schoumacher, président de la CCIR, et Frédéric Poignant, Frédéric Serrière, expert du marché des seniors, directeur de la maison innovergne

PARIS : Commission CCI Nationale

SILVER ECONOMIE

De gauche à droite : Claude Barbin, CCIR Auvergne / Anne Zerkovitz, CCIR Normandie / Laurence Cerné, CCIR Pays-de-Loire / Catherine Ghélélovitch, CCI Nice Côte d’Azur

De gauche à droite : Claude Barbin, CCIR Auvergne / Anne Zerkovitz, CCIR Normandie / Laurence Cerné, CCIR Pays-de-Loire / Catherine Ghélélovitch, CCI Nice Côte d’Azur

Les CCI investies pour développer la Silver économie Auvergne, Normandie, Pays-de-Loire ou encore Alpes Maritimes. Toutes ces CCI sont investies dans une démarche vouée à développer la Silver économie. Plus que jamais, leur rôle consiste à tisser des liens entre les acteurs économiques, mais également à animer les réseaux et investir dans l’innovation.

 

 

Dans les régions françaises, les travaux portant sur la Silver économie font leur chemin. En Normandie par exemple, la région a intégré un volet dédié à ces questions dans le cadre du développement de son schéma sectoriel relatif aux services à la personne. « Nous avons tout d’abord monté des clubs d’entreprises, permettant aux structures intéressées d’échanger de manière informelle au Havre et à Rouen. Nous misons également sur la formation, en proposant des programmes destinés à l’intégration des nouvelles technologies.

En 2016, 250 formations ont été dispensées. De plus, nous soutenons les avancées technologiques dans le secteur au travers d’une maison domotique », indique Anne Zerkovitz, de la CCIR Normandie.

 

Pour cette dernière, les facteurs de succès de la région ont été surtout une insertion dans l’écosystème régional rapide, à savoir dès 2011, la création d’un comité régional de filière constitué d’au moins une quarantaine d’acteurs, mais également la mise en place d’un pack régional pour flécher les projets.

 

En Pays-de-Loire, « le travail a permis de constituer un réseau composé d’acteurs de l’économie sociale et solidaire et de l’économie classique », explique Laurence Cerné, de la CCIR Pays-de-Loire. « Nous avons organisé des rendez-vous d’affaires sur la Silver économie sur les thèmes du logement et de l’habitat des seniors. Cela nous a permis de faire se rencontrer des offreurs avec des acteurs en recherche de solutions pour le bien vieillir […] Le rôle de la CCI est de créer un maillage. [...]

 

Nous faisons de la veille et mettons les acteurs en relation. Pour cela, nous avons mis en place une plateforme collaborative. Nous y publions une lettre de veille, chaque mois, parlons de nos événements. Par exemple dans le cadre de rendez-vous d’affaires, nous permettons de faire ‘matcher’ des structures qui n’auraient pas forcément pu se rencontrer sans notre aide comme une grande entreprise et une start-up débutante », raconte-t-elle.

 

 

 

La Silver economy un élément fort pour soutenir l'economie Auvergnate :          Par Claude Barbin President de la Commission Commerce Entreprise de Service a la personne de La CCI Auvergne

En Auvergne, le facteur important a été celui de la démographie.

 

« Nous allons bientôt rejoindre la  Grande région Rhône-Alpes pour former la deuxième région économique de France », précise Claude Barbin, élu de la CCIR Auvergne.

 

« Côté démographie, l’ouest de l’Auvergne accueille une population plus âgée.

Nous avons évalué les besoins, autant sur les territoires urbains comme Clermont-Ferrand que sur les communes plus rurales à l’image de l’Allier », raconte-t-il.

Une fois la synthèse des différentes demandes et besoins réalisée, « nous nous sommes lancés dans la démarche d’accompagnement des entreprises dans leurs actions.

 

Et ceci pour celles qui ne faisaient encore rien, celles qui étaient déjà engagées, et celles qui avaient des projets », indique-t-il. Les CCI investies pour développer la Silver économie Auvergne, Normandie, Pays-de-Loire ou encore Alpes Maritimes.

Toutes ces CCI sont investies dans une démarche vouée à développer la Silver économie.

Plus que jamais, leur rôle consiste à tisser des liens entre les acteurs économiques, mais également à animer les réseaux et investir dans l’innovation.

 

Enfin, pour le territoire azuréen fortement positionné sur les technologies de pointe (numérique et santé notamment), bénéficiaire d’une offre déjà conséquente en matière de Services à la Personne et d’une attractivité touristique qui s’exerce auprès des touristes seniors du monde entier, la Silver économie est un enjeu majeur sur lequel la CCI Nice Côte d’Azur s’est engagée. « Nous mobilisons et animons l’ensemble des acteurs professionnels et institutionnels de cet écosystème favorable » explique Catherine Ghélélovitch de la CCI Nice Côte d’Azur.

 

La mise en place d’un groupe de travail regroupant les acteurs, la structuration et l’animation d’une communauté professionnelle Silver économie sur la plateforme écobiz, la sensibilisation, l’accompagnement et le soutien apportés aux chefs d’entreprises dans leur développement sur ce marché sont autant d’actions en cours de déploiement au profit de la Silver économie azuréenne. « Nous disposons depuis novembre d’une cartographie des différents acteurs qui regroupent une communauté de 400 entreprises, dont plus des 2/3 déclarent réaliser 60 % à 100 % de leur chiffre d’affaires sur la Silver économie ;

 

Et le territoire ne s’arrêtera pas en si bon chemin, puisque 30 % des établissements envisagent de développer une innovation ou d’adapter leur offre au marché de la Silver économie ».

: Alain Abkaraly, CCIR de la Réunion Patrice Deniau, CCI de la Mayenne, Claude Barbin, CCIR Auvergne

: Alain Abkaraly, CCIR de la Réunion Patrice Deniau, CCI de la Mayenne, Claude Barbin, CCIR Auvergne

Partager cet article

Repost0

commentaires